Encore un p'tit premier pour la route ?

Publié le par Jean-Marck

Aujourd'hui un vide lexical culturel et donc par conséquent lexical.

 

Happy Hour - Every Thursday from 10PM till 2AM - ALL are Welcome, Come as you are!

 

Nous avons tous déjà vu une affiche de ce genre à l'entrée de bars ou de cafés. Il s'agit du fameux happy hour.

 

 

Qu'est-ce qu'un happy hour ?

Le happy hour est une période établie, souvent en fin d'après-midi ou début de soirée, pendant laquelle certains bars ou restaurants offrent à leurs clients une réduction (souvent 50%) sur le prix de leurs boissons, le plus souvent alcoolisées.

 

Happy Hour drinkers

La locution happy hour est apparue aux Etats-Unis lors de la Prohibition dans les années 20 où la consommation d'alcool était interdite. Les vendredis et les samedis, certains bars (les speakeasy) plaçaient des écriteaux sur lesquels on pouvait lire cocktail hour ou happy hour. Ainsi le terme "alcool" n'appraîssait pas et  les Américains pouvaient consommer illégalement de l'alcool dans ces lieux avant d'aller dans les restaurants où l'alcool était banni, histoire de s'encanailler avant le repas et de danser sur de la musique jazz.

 

 

Cette tradition d'aller boire un verre avant d'aller se restaurer a perduré jusqu'aux années 1960. Une tradition qui touchait aussi bien les cadres (white collars) que les ouvriers (blue collars). Puis bars et autres restaurants ont étendu cette pratique mêlant tradition et business.

 

Dès les années 80-90, aux Etats-Unis et à cause (ou grâce) à la prise de conscience du ravage de l'alcool, certains bars ont commencé à servir des hors d'oeuvres pour faire baisser le taux d'alcool dans le sang de certains clients. Puis, même la ville de Glasgow et la République d'Irlande ont interdit la pratique du happy hour pour les mêmes raisons.

 

 

Le happy hour en France est arrivé assez tard. On pouvait voir quelques panneaux discrets au début des années 90 devant des pubs anglais ou irlandais. Cependant la différence avec les Etats-Unis, c'est que le happy hour n'est en rien culturel mais bel et bien mercantile, et vise seulement à attirer le client.

 

Cela a tellement bien marché qu'on a l'impression que les bars français n'ont même pas cherché de traduction. Mais en fait, y en a t-il une ? Comment traduire un phénomène culturel? Doit-on traduire un phénomène culturel ?

 

Maintenant la locution et la pratique du happy hour sont devenues mondiales. Essayez de voir comment les autres pays ont traduit cette expression ... Moi partout où je vais je ne vois que "happy hour", d'Athènes à Tallinn ...

Mais j'ai vraiment envie de combler ce vide culturel par

 

Heure Joyeuse,

 

c'est simple mais efficace ! 

Publié dans vides-lexicaux

Commenter cet article

Paul RIVARD 21/01/2007 02:29

Au Québec, existe l'expression « 5 à 7 », car de telles périodes à prix réduit se tient  surtout entre 17 h et 19 h, mais ce n\\\'est pas toujours le cas. En fait, il s\\\'agit, pour beaucoup d\\\'une halte que l\\\'on fait dans un débit de boisson, avant de rentrer chez soi, après le  travail. C\\\'est une période de détente, entre camarades de travail surtout. C\\\'est pourquoi je propose, comme équivalents possible, outre l\\\'expression « le 5 à  7 », de parler de halte bistrotière (en ajoutant un sens à cet adjectif, à moins d\\\'inventer « bistrotique ») ou halte-goguette ou encore halte pré-prandiale (en faisant passant l\\\'adjectif prandiale du domaine médical au domaine social), mais on pourrait aussi utiliser le nom « pause » à la place de « halte » dans les expressions suggérées ci-dessus, ou parler de la pause joyeuse, ce qui serait, en tout cas,  plus proche de la réalité qu'heure joyeuse, car la période en question ne dure jamais qu\\\'une seule heure.
Paul RIVARD
paulrivard@videotron.ca

Sister of Night 24/10/2006 22:46

Pourquoi chercher à traduire cette fabuleuse initiative de l'happy hour ? En France, avant l'arrivée des pubs il n'y avait pas moyen d'avoir un verre moins cher à moins d'être très très copine avec le taulier. Encore maintenant, cela ne reste pas très répandu à part chez nos concitoyens anglophiles.
Grâce à cet heureux intervalle, on peut boire plus pour le même prix. C'est que du bonheur pour vider quelques Guinness.
Sister "à la vôtre"

Ze brother 06/10/2006 20:50

Tres intéressant cet article !! Merci.

Mahalia 02/10/2006 19:09

Chez nous cela ne s'apparenterait-il pas à l'apéritif ? Même si je reconnais que c'est moins glamour et tout de suite plus "pastis, cahuètes" que "chardonnay, canapés". Donc pour éviter le côté beauf je propose le vèreloup, à boire à l'heure entre chiens et loups.

caro 02/10/2006 17:56

Je crois que l'intérêt majeur de cette heure reside dans le prix alors pourquoi pas l'écoverre?? ou le verréco: pendant le verréco j'offre la tournée! Bon mais comme je ne bois pas je ne peux pas dire...